Découvrez la profession

Share
Publication
jeudi 22 février 2018 - 09:30

Passerelle n° 64 - L’engagement de l’entreprise : l’affaire des collaborateurs

Quels que soient sa taille et son secteur d’activité, l’entreprise doit aujourd’hui faire face à une pression croissante de la part de l’ensemble de ses parties prenantes en matière de responsabilité et d’engagement.

Ce sont d’abord les clients et consommateurs qui peuvent lancer des campagnes de buycott (privilégier activement un fournisseur) ou de boycott d’une marque à partir de critères éthiques ou normatifs. Les pouvoirs publics exercent eux aussi une pression sur l’entreprise, par le biais du législateur, avec des obligations légales de reporting en matière de RSE qui se sont renforcées ces dernières années (essentiellement pour les grandes entreprises). Récemment, la pression s’est aussi accrue de la part des investisseurs, selon la logique du buycott/boycott : les pratiques de l’entreprise entrent en compte dans la constitution d’un portefeuille actionnarial, avec des choix d’investissement « green » ou « à impact social ». Les collaborateurs, enfin, sont désormais en première ligne dans cette exigence de responsabilité. L’engagement de l’entreprise au service de la collectivité, de l’environnement ou des générations futures est devenu un critère majeur de recrutement et de fidélisation.

Avec 850 fondations abritées, la Fondation de France est le premier réseau de philanthropie de notre pays. Une centaine de ces fondations étant issues d’entreprises, l’organisation est en prise directe avec ces enjeux. L’Observatoire de la Philanthropie - Fondation de France publie en juin 2018 une étude qui analyse les évolutions récentes des pratiques de RSE et de mécénat, leurs articulations et leurs enjeux prospectifs. Cette étude met justement en évidence la puissance du mécénat comme vecteur de mobilisation des collaborateurs : cet engagement volontaire est perçu comme la clé de voute d’un contrat symbolique vertueux entre les collaborateurs et leur organisation.

Selon une étude du cabinet Hays, 71% des cabinets d’audit et d’experts-comptables déclaraient recruter activement des collaborateurs en 2017. Dans cet environnement compétitif, l’engagement de l’entreprise envers des causes d’utilité sociale est devenu un facteur incontournable d’adhésion aux missions, aux valeurs et à la culture de l’organisation, notamment chez les jeunes diplômés. Selon un sondage réalisé auprès d’étudiants en grandes écoles1, 97% d’entre eux placent comme motif de fierté dans leur travail le fait d’« avoir été utile, avoir apporté des changements à la société ». Les recruteurs et managers ne s’y trompent pas, et prennent de plus en plus l’initiative de faciliter l’implication de leurs collaborateurs en créant des ponts entre leur domaine d’expertise et des projets d’intérêt général. Ainsi, 68% des fonds et fondations d’entreprises interrogés en 20162 déclaraient proposer à leurs collaborateurs de s’impliquer dans des actions de bénévolat ou de mécénat de compétences.

La conscience de participer à une activité qui contribue à faire une différence pour des publics vulnérables, de préserver l’environnement ou encore de faciliter l’accès à la culture et à l’éducation : cette dimension permet à un nombre croissant d’actifs de trouver un nouvel élan dans leur travail, et une forme d’épanouissement personnel qui dépasse les satisfactions liées au niveau de rémunération ou au prestige social.

Les experts comptables sont souvent amenés à traiter la question du mécénat au titre du conseil, soit auprès des entreprises mécènes, soit des porteurs de projets bénéficiaires. Il importe qu’ils aient conscience qu’ils peuvent aussi passer « de l’autre côté du miroir », en intégrant eux-mêmes le mécénat à leur activité. Et il est fort probable que les consultants les plus chevronnés y soient bientôt poussés par leurs jeunes collaborateurs, pour le plus grand bénéfice de tous.

Fondation de France

1 ©Ipsos –BCG –CGE –« Talents : ce qu’ils cherchent vraiment dans leur emploi », janvier 2018
2 Panorama des fondations et fonds de dotation créés par des entreprises mécènes 2016 – EY et les Entreprises pour la cité.

Découvrez la profession